Le Mont-Blanc Lab. Carnet de bord d’un Samedi soir.

Le Mont-Blanc Lab est une expérience créative pluridisciplinaire et intense que le CREA Mont-Blanc a organisé avec la Communauté de Communes de la Vallée de Chamonix du 27 au 29 septembre 2019. Témoignage en temps réel, émerveillé et fatigué, de Marie qui observe l’aboutissement de plusieurs mois de travail pour organiser ce Lab.

Samedi 28, 12:30 : Des espaces de travail investis

La maison nordique de Chamonix est en ébullition. Les participants circulent, dans cette fourmilière terriblement organisée et improvisée. Les forces tranquilles travaillent jusque tard dans la nuit : les participants alignent les planches, agitent leurs stylos, trainent autour de la table de ravitaillement. Mathieu est dans le hamac, il prépare le récit d´un arbre gardien de la communauté des vivants. Il code sans relâche, pendant que Vladimir parcourt le récit de l´ascension de Vallot. Chaque participant a ses outils, mais personne n´est dans sa bulle. La mise en commun est au cœur de la construction des prototypes.

Ils vont être beaux ces protos. Tant de labeur, d’intensité, de volonté de créer ne peuvent que déboucher sur des prototypes hauts en couleurs. Le déroulé est clair : toutes les constructions doivent être prêtes pour la restitution publique du lendemain, Dimanche 27 Septembre, à 16h pétantes dans le jardin de l’Observatoire.

Du côté de l’atelier de construction (Fab Lab pour les intimes), les participants découpent, recalibrent, mesurent, transforment et adaptent le matériel en provenance de la ressourcerie. Hugo plante les derniers clous sur le plancher du futur cocon, pendant qu´Olivia se concentre sur ses découpes. L’énergie y est plus brute et dépurée qu’à l’intérieur de la maison nordique, elle se synchronise parfaitement avec le froid de la nuit.

Quelques escaliers au-dessus, dans la succursale du règne de la caféine, les débats abondent. Accords, dissonances, écouteurs ou orateurs. Les regards cherchent à convaincre, à se comprendre, à créer. Le cheminement vers l’objectif est gratifiant et épuisant. Le Lab se déroule sans aucun romantisme :  à H-17 de la restitution, l’efficacité et la pression du déroulé se lit sur les traits.

Samedi 28, 01:30 : Travailler en équipes

Chaque équipe est composée de six profils complémentaires, et les compétences se croisent : certains sont capables de construire des capteurs, d´autres des textes avec une touche artistico dramatique, des bandes sonores de glaciers qui s’effondrent et de mésanges qui gazouillent. La pluridisciplinarité constitue l’essence d’un Lab : les savoir-faire particuliers s’articulent entre eux, générant une synergie créative.

Entre productivité et rapidité dans la prise de décision, le format du Lab permet de décoincer et décloisonner. Un peu comme les aspirateurs souffleurs, qui font virevolter les feuilles. La force de l’éphémère, de ces trois jours, c’est de se recentrer sur l’essentiel d´une idée. Pour qu’elle soit opérationnelle et ne reste pas lettre morte. Les voilà, les participants, tentant de se focaliser sur l’essentiel de leurs prototypes ; d’y dégager une identité. Une identité commune à la volonté créative de six personnes.

Présentation des idées des participants sur les six défis, avant la formation des équipes

Des inconnus il y a encore 24h, désormais compagnons de ces trois jours. Ils triment. Et dans la bonne humeur, en plus. Le travail en équipe est une ascension éprouvante, et l´énergie collective n´est pas une mince affaire. Avec l´aide des facilitateurs- qui guident, canalisent et rythment-, les participants font converger leurs intelligences.  

Dimanche 29, 14:00 : Un déroulé incisif

Le déroulé est programmé heures par heures. Le processus créatif se concrétise grâce à ce rythme discipliné. « Il faut lui faire confiance » : Grand Manitou de ces trois jours, l’équipe organisatrice le suit à la lettre, et les participants s’adaptent à ce rythme effréné. Des annonces dévastatrices (« il nous faut le scénario d’implantation dans une heure ») aux agréables interludes des moments de pause.

À 15h ce Dimanche, c’est l´heure des Crash Tests. Cette étape qui précède la restitution publique permet aux équipes de réajuster leurs prototypes. Les applis font des leurs, certains murs de structures s´envolent, des vis manquent. La lumière commence à changer, elle parait de plus en plus féerique, transforme la forme des feuilles. Elle aussi presse les participants : « place au spectacle », semble-t-elle dire.

Quid de la pérennité des prototypes ? À peine présentés les voilà démontés, laissant les âmes présentes se languir d’un moment révolu. La finalité d’un Lab est de développer des idées improbables. Comment faire vivre l’improbable ? l’innovant ? Des rêves de prototypes se sont bien développés, à notre tour de les concrétiser.

Retrouvez les six réalisations du Mont-Blanc Lab dans le Livret Prototypes.

Suivez-nous sur les réseaux :
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *