Storytelling et sciences participatives : toute une histoire

Classé dans : Sciences participatives | 0

Pendant l’ECSA 2018, de nombreux formats de conférences et ateliers ont permis aux professionnels des sciences participatives de questionner leurs pratiques et d’imaginer différentes façon de diffuser des savoirs. Marjorie Bison revient sur son expérience dans l’atelier « Storytelling as a tool for communicating Citizen Science ».

Workshop storytelling à l'ECSA 2018 à Genève © Science et Cité
Workshop storytelling à l’ECSA 2018 à Genève © Science et Cité

 

Transmettre un message en impliquant le public émotionnellement dans son discours : c’est tout l’objectif du « storytelling » ou « communication narrative ». Katja Machill et Florence , toutes deux allemandes, nous avaient concocté un atelier « Storytelling as a tool for communicating Citizen Science » dans le café-librairie Les Recyclables, non loin du QG genevois de l’ECSA 2018. Cinq tables en bois jouxtant des rayons entiers de livres d’occasion nous ont accueillis en ce mardi après-midi. En effet, quoi de mieux que de vouloir raconter une histoire dans une librairie, un lieu particulièrement propice à l’évasion, au souvenir et à l’inspiration !

Rendre « sensible » pour sensibiliser

Après avoir décortiqué une vidéo de TED pour en ressortir les points majeurs d’une bonne « storytelling », chaque table s’est prêtée au jeu proposé par nos deux intervenantes. Nous devions construire une « storytelling » à partir de l’histoire personnelle de l’une des personnes à notre table.

YouTube: please specify correct url

Dans notre groupe, c’est Ricardo Mutuberria qui a pris le rôle de « storyteller ». Ricardo nous a raconté d’où lui venait sa passion pour la biologie. En nous faisant voyager dans son enfance, Ricardo nous a appris qu’étant enfant, il choisissait chaque jour le chemin le moins sécuritaire pour aller à l’école, car ce chemin passait par une zone qu’il considérait comme « la Nature », un lieu où il pouvait observer les animaux et les plantes à sa guise. A cette époque, il n’avait pas d’opportunités de combler sa soif de connaissances et d’expériences sur les espèces qui l’entouraient. Aujourd’hui, il souhaite créer des laboratoires communautaires accessibles à tous pour permettre aux enfants de faire de la science dès leur plus jeune âge.

L’expérience du storytelling est très enrichissante et motivante, que ce soit d’un point de vue personnel ou professionnel. En effet, il n’est pas facile de captiver un auditoire, mais il est encore plus difficile de proposer une intervention marquante, qui s’implante dans la mémoire du public. En communiquant sa passion à travers l’émotion, en partageant ses expériences personnelles pour que l’auditoire s’imagine à votre place, en l’impliquant directement dans votre raisonnement… l’histoire s’ancre dans l’esprit du public L’exercice n’est pas si évident et mérite d’être exploré et appliqué à nos discipline pour une meilleur appropriation de la culture scientifique et plus de partage entre chercheurs et citoyens.

 

Rédaction : Marjorie Bison


Pour en savoir plus

Le site web de l’évènement ECSA 2018
L’article de retour sur l’intervention du CREA Mont-Blanc à l’ECSA Fiabilité des données de sciences participatives : un débat à l’échelle européenne

La vidéo TEDx Talks qui a servi d’exemple pour l’exercice : Photographing the galaxy with citizen science par Tanya Harrison
Le site de Ricardo Mutuberria

Suivez-nous sur les réseaux :

Laissez un commentaire