Sècheresse et canicule, vers une multiplication ?

Classé dans : Climatologie | 0

L’été 2018 a été particulièrement sec dans la vallée de Chamonix : une baisse de 40% de la quantité de précipitations par rapport à la normale de la période 1981-2010 a été enregistrée. Cet été fût également très chaud, avec des températures de l’air plus élevées de 2.3°C en moyenne par rapport aux normales. Décryptage du climat estival par Geoffrey Klein, climatologue en thèse de doctorat à l’Université de Neuchâtel et collaborateur scientifique du CREA Mont-Blanc.

Les zones humide sont particulièrement sensibles aux changements climatiques, la sècheresse met en péril les espèces qu'elles abritent © CVanReeth
Les zones humides sont particulièrement sensibles aux changements climatiques, la sècheresse met en péril les espèces qu’elles abritent (mare à Loriaz, mi-août 2018) © CVanReeth

Les températures de l’air au cours de cet été 2018 ont été globalement élevées à Chamonix, puisqu’un excédent de 2.3°C a été constaté par rapport à la normale de 1981-2010. Cet excédent a cependant été assez homogène sur l’ensemble de l’été, entre les mois de juin et août. Une période de canicule durable entre fin juillet et début août est toutefois à souligner, avec neuf jours consécutifs où la température maximale journalière a dépassé les 30°C. Une canicule d’une telle durée ne s’était plus produite dans la vallée depuis le mois de juillet 2015, mais est cependant à craindre de plus en plus fréquemment au cours des prochaines années avec le réchauffement climatique.

Plus de chaleur… et moins de pluie

Après le constat de diminutions significatives de l’enneigement dans les Alpes au cours des dernières décennies, abordé dans un précédent article, c’est désormais au tour de l’été 2018 de faire les frais d’un manque important de précipitations. Ce n’est en effet pas moins de 40% de déficit pluviométrique qui a été observé cet été.

Contrairement aux températures de l’air, ce déficit cache un contraste marqué entre les trois mois d’été. Alors que les précipitations du mois de juillet et août sont déficitaires, mais assez proches des normales, c’est surtout le mois de juin qui a connu une perte de près de 80% de ses précipitations habituelles sur la période 1981-2010. Pour ce mois, la vallée de Chamonix est d’ailleurs l’un des endroits les plus déficitaires de France par rapport à la normale, avec également la Savoie et le nord du pays.

Côté enneigement, la combinaison entre un hiver 2017/2018 particulièrement enneigé et une fin de printemps chaude et sèche au mois de mai et juin, a engendré une disparition du manteau neigeux continu le 20 juin du côté du Lac Blanc (2330 m d’altitude). Il s’agit d’une fonte des neiges plutôt tardive. Depuis 2012, seuls les manteaux neigeux de 2013 et 2016 ont disparu plus tardivement (respectivement le 1er juillet et le 30 juin).

 

Rédaction : Geoffrey Klein


En savoir plus sur le climat de Chamonix Mont-Blanc :

Normales climatiques sur la période 1981-2010 sur le site Lamétéo.org
Climatologie mensuelle de l’été 2018 sur le site Infoclimat.fr
Écart des précipitations de juin 2018 en France par rapport à la normale 1981-2010 sur le site de Météo-France
Archives des mesures d’enneigement au Lac Blanc, toujours sur le site de Météo-France

Suivez-nous sur les réseaux :

Laissez un commentaire