De nouveaux étudiants sensibilisés aux méthodes de suivi des territoires

Classé dans : Sciences sur le terrain | 0

Cinq étudiants américains de l’Université de Middlebury, accueillis du 25 au 29 avril, ont découvert une approche inspirée du « monitoring adaptatif » mise en œuvre par le CREA Mont-Blanc en collaboration avec de nombreux acteurs du territoire, pour comprendre l’évolution du milieu montagnard.

L’initiative « Climate Science in Chamonix » lancée en 2018 a permis d’accueillir encore une fois plusieurs étudiants venus étudier en France. Issus de cursus variés, Molly, Hannah, Victoria, Warren et Allison ont pris le temps de comprendre l’approche originale du suivi des milieux de montagne portée par le CREA, incluant l’ensemble des partenaires du territoire autour d’un travail partagé sur les enjeux clés.

Les pieds dans les mares

A l’issue des deux premiers jours en basse vallée, le petit groupe a pris de l’altitude, en rejoignant le refuge des Prés, aux Contamines-Montjoie. Objet de la visite : le repérage des pontes de grenouilles rousses dans les mares d’altitude alentours, très sensibles au changement climatique, pour étendre le terrain d’étude de ce suivi initié à Vallorcine il y a plus de 10 ans.

Ce volet « science participative » a été marquant, en questionnant chacun sur le lien au vivant et à la nature, et plus largement sa possibilité d’agir pour le bien commun.

Le programme « Climate Science in Chamonix » s’inscrit dans le cadre du projet TourScience Plus, qui vise à développer et renforcer une offre touristique innovante et durable en s’appuyant sur l’observation scientifique pour valoriser le patrimoine naturel autour du Mont-Blanc et en Vallée d’Aoste. Ce projet est mené en coopération transfrontalière avec la Commune de Torgnon et est financé par les fonds européens FEDER-Alcotra sur la programmation 2014-2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.