Neige et précipitations à Chamonix : retour sur un hiver exceptionnel

Classé dans : Climatologie | 0

Les précipitations hivernales de 2018 ont connu une hausse de 45% par rapport à la normale de la période 1981-2010 dans le massif du Mont-Blanc. Retour sur une météo exceptionnelle par Geoffrey Klein, chercheur en climatologie en thèse de doctorat à l’Université de Neuchâtel et collaborateur scientifique du CREA Mont-Blanc.

 

Vue sur le Massif du Mont-Blanc depuis le refuge de Mayères, au dessus de Sallanches © GKlein
Vue sur le Massif du Mont-Blanc depuis le refuge de Mayères, au dessus de Sallanches © GKlein

Un mois de janvier exceptionnellement doux

Les températures de l’hiver 2018 à Chamonix ont été en moyenne similaires à celles des précédents hivers de la période 1981-2010, avec un léger excédent thermique de 0.2°C sur l’ensemble de la période. Cette apparente normalité cache cependant de très forts contrastes thermiques entre les trois mois d’hiver.

Alors que les mois de décembre et février ont été frais (respectivement -2.0 et -1.3 °C par rapport à la moyenne de la période 1981-2010), le mois de janvier a été le deuxième plus chaud depuis 1934, après celui de 1996, avec un excédent de près de + 4°C par rapport aux normales.

Un tel excédent thermique représente à peu près le réchauffement attendu des températures sur la planète d’ici 2100, selon le dernier scénario moyen (RCP 4.5) établi par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) en 2014. D’ici la fin du siècle, il faudra donc s’attendre à ce qu’un mois de janvier aussi doux comme celui que nous venons de connaitre devienne progressivement la normalité dans la Vallée de Chamonix.

Précipitations hivernales : – 60% en 2017, + 45% en 2018

Les hivers se suivent, mais ne se ressemblent pas.

Après un hiver 2017 marqué par un important déficit pluviométrique de 60% (cumul total de 128 mm) par rapport à la normale 1981-2010, l’hiver 2018 aura quant à lui connu un excédent de 45% de précipitations. Un cumul total de 420 mm a en effet été observé, soit plus du triple par rapport à l’hiver 2017. À titre de comparaison, il ne tombe en moyenne qu’entre 500 et 600 mm de précipitations par an dans des villes comme Marseille, Perpignan ou encore Chartres.

 

Comparatif de l’enneigement au sol entre l’hiver 2016-2017 et 2017-2018 à l’Observatoire du Mont-Blanc (Chamonix Mont-blanc, 1050 m d’altitude) © CREA Mont-Blanc

Accéder au module de visualisation interactif

 

La combinaison de ces précipitations exceptionnelles avec des températures moyennes autour de la norme ont permis la mise en place d’un manteau neigeux précoce et conséquent dans la vallée, avec une couverture neigeuse continue à Chamonix depuis le 29 novembre, soit 107 jours de neige au sol consécutifs au jour d’aujourd’hui (15 mars 2018). Cette couverture neigeuse continue au sol devrait encore se maintenir pendant plusieurs jours, puisque de nouvelles chutes de neige et un refroidissement sont attendus pour les prochains jours.

Le record de ces dix dernières années est détenu par l’hiver 2008-2009 avec 119 jours de neige au sol consécutifs (du 22 novembre au 20 mars).

Sur les hauteurs, les fortes précipitations ont permis d’atteindre des cumuls de neige au sol remarquables, avec entre 3 et 4 m mesurés en continu depuis mi-janvier dans les environs du Lac Blanc (2330 m d’altitude).

 

Rédaction : Geoffrey Klein

 

Retrouvez  Geoffrey Klein au Science Sandwich du mardi 20 mars 2018 à l’Observatoire du Mont-Blanc

Science sandwich 2018


Pour en savoir plus sur le climat de Chamonix Mont-Blanc

Normales climatiques sur la période 1981-2010 (Lamétéo)

Climatologie mensuelle de l’hiver 2018 (Infoclimat)

Observations de la balise nivôse des Aiguilles Rouges (Météo-France)  

Hauteurs de neige journalières et par saison depuis 2005 (Phénoclim – CREA Mont-Blanc)  

Également sur notre blog

L’hiver et la neige arrivent en force à Chamonix

 

 

Suivez-nous sur les réseaux :

Laissez un commentaire