Phénoclimeur : passion observateur

Classé dans : Phénoclim, Sciences participatives | 0

Le programme Phénoclim permet à de nombreux citoyen-chercheurs de s’engager pour la science. À travers deux interventions de l’équipe du CREA Mont-Blanc auprès de nouveaux bénévoles cette année, découvrez l’engagement de participants à première vue opposés : employés d’une grosse entreprise et élèves d’une classe unique en école primaire.

2017-02-14_orange_lancement_phenoclim_16_pano
Des salariés d’Orange du site des Glaisins, à Annecy-le-Vieux, bénévoles Phénoclim, accompagnés d’Anne Brasselet du CREA Mont-Blanc (au centre) © CREA Mont-Blanc

 

Des passionnés aux profils variés

diagramme_benevoles2

Au CREA Mont-Blanc, nous avons défini 6 catégories, significatives pour nos activités (recherche, formation, animation, etc.).

Les particuliers représentent près de la moitié (49%) de la communauté. Viennent ensuite :
– les établissements scolaires (29,6%) qui utilisent le programme Phénoclim transversalement ou comme activité périscolaire,
– les espaces protégés (7,9%) comme les parcs régionaux/nationaux ou les réserves naturelles
– les professionnels (6,9%) comme les biologistes, les chercheurs en écologie, … qui ont de solides connaissances en phénologie
– les centres de découvertes (4,8%) qui proposent des séjours à thème.
Et enfin, les « autres » (1,8%) qui représentent les entreprises (comme Orange) et les collectivités (Mairies, Directions Départementales, etc).

Chacun des participants abordent le programme Phénoclim avec le même protocole mais différentes approches.

Orange : un engagement citoyen pour la science depuis son lieu de travail

Partenaire du CREA Mont-Blanc (notamment dans la maintenance des équipements), l’entreprise Orange a choisi de s’impliquer autrement. Cinq salariés motivés et volontaires du site des Glaisins, à Annecy-le-Vieux, ont choisi de se lancer dans le programme Phénoclim. C’est ainsi que, le 14 février dernier, invitée par Claude Bourette, Anne Brasselet s’est rendue à leurs côtés pour accompagner leur démarche de citoyen-chercheur. Ensemble, ils ont sélectionné 11 individus, des bouleaux verruqueux et des épicéas, tout en échangeant sur les sciences participatives, la phénologie… Suite à cela, ils ont nommés leur arbres : le bouleau Thé, le bouleau Yapaksa, le Ci-bouleau, le porte-feuilles, le porte-folio, le porte-plumes, Epicéà LaRéunion, Epicéa-Yeur, Epicé-Pluloin, Epicé tout !, Ep’Ikea-Gnüt. Une originalité qui démontre leur enthousiasme, non ?!

Ces salariés se relaieront pour faire les observations sur leur temps de pause. Peut-être même qu’ils convaincront d’autres collègues de participer à Phénoclim et inspireront d’autres sites d’Orange ou même d’autres entreprises à se lancer dans les sciences participatives, qui sait ? Nous suivrons l’affaire de ces salariés engagés !

L’école Caminando : aborder le programme scolaire sous un autre angle

Un tout autre public cette fois : celui des enfants de l’École de la Nature et des Savoirs, située à Menglon dans la Drôme. Le 14 mars dernier, Anne Delestrade et Anne Brasselet se sont rendues à Menglon pour installer une station de température et parler du changement climatique avec une vingtaine de jeunes âgés de 6 à 11 ans, en classe unique. Accueillies par Christophe Bouchon, elles ont tout d’abord monté la station dans un endroit rêvé pour le programme Phénoclim : près d’une mare, au milieu d’un jardin arboré !

2017-03-14_ecole_caminando_installation_station-1
Installation de la station de température par Anne Delestrade © CREA Mont-blanc

 

Puis l’après-midi, elles ont échangé avec les enfants sur le changement climatique, avant d’aller faire un tour dans le jardin… Là, les enfants ont été séduits par la nouvelle plantation (la station) qui leur permettra de suivre les températures du sol et de l’air en direct. Et comme ils suivent déjà des arbres (des frênes et des noisetiers), ils pourront confronter ces données avec la phénologie, ou même se s’en servir pour planter au bon moment.

Et ce n’est pas tout, car le programme Phénoclim permet d’aborder plein de disciplines différentes : les mathématiques avec les graphiques issus des données collectées, la biologie avec les essences étudiées, le français avec l’analyse des termes employés ou la rédaction d’observations, etc. Bref, il y a matière à faire et ce n’est pas pour déplaire les enfants !

 

2017-03-14_ecole_caminando_installation_station-12
Ces deux interventions témoignent du fait que nous pouvons tous participer : que ce soit à l’école, au travail ou à la maison. Il n’y a que la motivation qui compte ! Alors lancez-vous, les observations printanières n’attendent que vous !

Rédaction : Anne Brasselet


 

Pour en savoir plus

Les données des stations de température en direct sur la page Climat en live du site de l’Atlas du Mont-Blanc

Le site de l’École de la Nature et des Savoirs Caminando (école primaire)

Notre article de blog sur les enjeux de la participation citoyenne Sciences participatives : histoire et avenir des données

 

 

 

 

 

 

Laissez un commentaire