La Brévine : plus de secrets pour le froid

Classé dans : Recherche, Rencontres | 0

Le 6 février dernier a eu lieu la traditionnelle Fête du froid de la Brévine, en hommage aux  célèbres températures extrêmes de la « Petite Sibérie de la Suisse ». Le microclimat de la Brévine, longtemps resté un mystère pour ses habitants, fait aujourd’hui l’objet d’une étude scientifique approfondie. Geoffrey Klein, climatologue, est allé présenter son travail de recherche au public de la Fête du froid.

Geoffrey Klein, Martine Rebetez et Yann Vitasse.
Geoffrey Klein, Martine Rebetez et Yann Vitasse.

La Brévine, petite localité suisse perchée à plus de 1000 m d’altitude dans une vallée du massif jurassien, est reconnue pour être le lieu le plus froid du pays et détenir le record national de -41.8° C depuis Janvier 1987. Cet évènement, rassemblant chaque année des milliers de personnes, est l’occasion de faire découvrir la vallée et son artisanat local aux touristes. Fête du froid ? Mais jusque-là, personne n’a jamais expliqué d’où venait cette réputation !

C’est ainsi que Geoffrey Klein, climatologue en thèse de doctorat à l’Université de Neuchâtel et chercheur associé au CREA, ainsi que toute son équipe de l’université et de l’Institut Fédéral de Recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL) ont décidé d’intervenir pour tenter d’apporter leur éclairage sur le microclimat de cette vallée.

Une étude climatique pour percer les secrets du froid

Inversion de température à la Brévine
Inversion de température à la Brévine

Depuis l’automne 2014, 46 stations de mesure de la température de l’air sont installées, réparties de manière homogène et à toutes altitudes dans la vallée afin d’en caractériser son microclimat si particulier.

Cette vallée, topographiquement fermée de toutes parts, est régulièrement le théâtre d’un phénomène appelé lac d’air froid. Lors du coucher du soleil et lorsque le ciel est clair avec peu de vent, l’air froid, plus lourd que l’air chaud, s’accumule au fond de la vallée sans échappatoire possible. Il se créé ainsi une inversion de température entre le fond de la vallée et les hauteurs avoisinantes.

L’équipe de chercheurs a souhaité quantifier et illustrer ce phénomène sur plusieurs années, notamment en hiver. Et les premiers résultats sont surprenants : lors de l’hiver 2014-2015, une journée sur deux a été concernée par ce phénomène. L’inversion la plus longue a duré 66 h, tandis que la plus intense a engendré à la même heure en pleine nuit un écart de 28° C entre le fond de vallée (-19° C) et le sommet (+9° C). Et cela devrait se poursuivre les prochaines années, malgré le réchauffement climatique.

Succès médiatique pour la climatologie à la Brévine

Effervescence générale lorsque la presse suisse a appris l’existence d’une telle étude dans leur petite Sibérie nationale, bien connue de tous. Le travail des chercheurs a en effet fait l’objet d’un reportage diffusé dans le 19:30 de la RTS ainsi que  de plusieurs articles dans les principaux journaux de Suisse Romande (20minutes, l’Impartial, 24heures, Le Matin, Tribune de Genève, Terre & Nature, …).

 

Rédaction : Geoffrey Klein


En savoir plus
Les détails de l’étude sur le site de l’Université de Neuchâtel
La vidéo diffusée dans le 19:30 de la RTS

Laissez un commentaire