Volontaires 2017 – c’est parti !

Classé dans : Sciences participatives | 0

Hier, nous accueillions les premiers volontaires scientifiques 2017 du CREA Mont-Blanc. Dans la bonne humeur et sous un soleil radieux, ils ont fait leurs premiers pas dans le monde de la recherche en montagne. Suivez-les pendant une semaine sur le terrain !

 

L'équipe du CREA Mont-Blanc accompagnée des volontaires 2017
Les volontaires 2017 accompagnés d’une partie de l’équipe du CREA Mont-blanc © CREA Mont-Blanc

 

Lundi matin, 8h30. L’Observatoire du Mont-Blanc est déjà en ébullition et tout le monde s’active comme dans une fourmilière. Cette semaine, l’équipe est renforcée par 6 volontaires venus des 4 coins de la France pour soutenir les chercheurs dans leurs missions de terrain. La pièce principale du petit observatoire historique de Joseph Vallot est encombrée de gros sacs de rando, de matériel de terrain, jumelles, crottiers, GPS, piquets de marquage, outils de mesure… sans oublier les pique-niques. Rien ne doit être oublié, le chemin est long, il faudra tout porter à dos d’homme : pas question de redescendre chercher quoi que ce soit. Ce soir, après une longue journée de collecte de données sur le terrain, tout le monde dormira au refuge de Loriaz.

Volontariat scientifique à Chamonix

Chacun de présente : nos volontaires viennent de Thonon-les-bain, de Nantes ou du Vars – et même de Thaïlande pour cette lycéenne qui fait ses études à Nice. Martine, elle, est d’ici. Elle voulait découvrir sa montagne autrement. Les profils sont variés mais un point commun lie nos volontaires : l’amour pour la montagne, la nature et une sensibilité forte aux impacts du changement climatique sur notre environnement.

Les conversations vont bon train dans une ambiance conviviale – ça fait à peine quelques heures qu’on se connait et déjà l’on se tutoie – et les questions fusent. Sur l’origine des Sciences participatives, née de l’implication des bagueurs, passionnés d’ornithologie, dans les laboratoires du Muséum National d’Histoire Naturelle. Sur l’histoire des sciences à Chamonix-Mont-Blanc, et l’héritage de Joseph Vallot, explorateur touche-à-tout passionné par les milieux d’altitude.  Et sur les activités de recherche du CREA Mont-Blanc et le programme de la semaine. L’impatience se lit sur les visages des volontaires, et de l’équipe du CREA Mont-Blanc !

Contribuer à la science au Mont-Blanc

Le programme est chargé et la météo s’annonce capricieuse. Des orages sont attendus en milieu de semaine et la pluie risque de s’inviter pour la fin du séjour. Il faudra donc être productifs dès les premiers jours et rester adaptables. Aujourd’hui, le groupe va contribuer au module Espèces en live de l’Atlas du Mont-Blanc et découvrir la zone d’étude de l’Observatoire des Relations Climat-Homme-milieux Agrosylvopastoraux du Massif alpin (placette ORCHAMP) installée l’année dernière avant l’installation d’une nouvelle placette demain. Ils iront relever les cartes SIM des Pièges photos de Loriaz. Il faudra également donner un coup de main à Louise Boulangeat, chercheure écologue au LECA à Grenoble, qui passe trois jours sur le terrain pour localiser, mesurer et peser une série de plantes pour l’inventaire des 5 000 plantes des Alpes.

10h, il est temps de partir. On répartit le poids du matériel dans les sacs de tous les membres du groupe avant de poser pour une photo de famille devant l’Observatoire du Mont-Blanc. C’est parti pour le site d’étude de Loriaz accessible après 3h de marche. Le calme revient à l’observatoire, du moins jusqu’à leur retour demain soir.

 

Rédaction : Charlotte Mader

Suivez-nous sur les réseaux :

Laissez un commentaire