Mont-Blanc Lab : un marathon collaboratif pour créer le futur jardin des sciences de Chamonix

Constituez 6 équipes avec des profils complémentaires, lancez-leur autant de défis créatifs pour valoriser le patrimoine naturel du Mont-Blanc et laissez-les cogiter pendant 3 jours. Voilà la recette du Mont-Blanc Lab qui a réuni 60 participants à l’initiative du CREA Mont-Blanc et la Communauté de Communes de la Vallée de Chamonix en septembre dernier. Retour sur une belle aventure collaborative.

Après l’immersion en montagne, la phase d’idéation s’est déroulée au Plan de l’Aiguille.

Un arbre connecté qui converse avec les humains et les oriente. Une souche-cocon où les éléments naturels délivrent des récits de descente de la montagne. Un escape game pour sauver la vallée grâce à la connaissance scientifique. Une coupole d’observation pour contempler et ressentir la montagne, ses paysages et ses écosystèmes. Un camp de base pour s’initier à la recherche scientifique. Un parcours humoristique menant des glaciers à Mont-Blanc plage 2100.
Ces six créations mêlant science, poésie, technologies, amour de la nature et un brin de folie sont nées de l’imagination fertile et collaborative des participants au dernier Mont-Blanc Lab. Pendant trois jours, six équipes pluridisciplinaires se sont mises en quatre pour répondre aux défis proposés par le CREA Mont-Blanc sur le thème « Transmettre à travers l’espace et le temps ». Constituées de membres venus d’horizons très divers (chercheurs, artistes, aménageurs, paysagistes, éducateurs…), elles devaient tout faire de A à Z, de l’imagination du concept à la réalisation d’un prototype de leur projet, avec le soutien précieux d’un guichet des savoirs pour leur apporter les savoir-faire techniques qui leur manquaient.

Intéresser le grand public à la science

Ce type de marathon créatif et collaboratif s’inspire de Muséomix, l’événement annuel mis en place dans les musées pour réinventer la médiation. A Chamonix, l’objectif était de concevoir un projet d’aménagement pour le jardin de l’Observatoire du Mont-Blanc, haut lieu de l’activité scientifique dans la ville depuis les explorations de Joseph Vallot au XIXe siècle, où le CREA Mont-Blanc est installé. Les riverains étaient eux aussi invités à faire part de leurs idées pour le site lors d’un atelier créatif. Leurs propositions, transmises aux équipes, ont été une des sources d’inspiration des participants. Au final, les 6 prototypes préfigurent les stations qui animeront demain un futur jardin expérimental.
L’espace ainsi créé permettra au grand public de découvrir la richesse et la fragilité du patrimoine naturel du Mont-Blanc, d’éveiller sa curiosité sur la recherche et les suivis scientifiques et, pourquoi pas, de lui donner envie d’y participer. Car ce lieu qui dessine une passerelle entre l’Observatoire du Mont-Blanc et la montagne environnante constitue une vitrine, la partie émergée d’un projet plus global mené avec la Communauté de Communes de la Vallée de Chamonix Mont-Blanc pour rendre visibles la biodiversité et la science à Chamonix.

Des partenaires engagés

Le succès de ce second Mont-Blanc Lab, organisé dans le cadre du projet LAB cofinancé par la Communauté de Communes et l’ADEME, doit beaucoup à l’implication des partenaires du CREA Mont-Blanc qui ont rendu possible son organisation. La manifestation a par exemple bénéficié du soutien technique d’Orange, qui a mis à la disposition des 60 participants une infrastructure Wifi gratuite accessible 24h/24.
Mais les partenaires se sont aussi engagés sur le plan humain en mobilisant leurs salariés. Les retours d’expérience témoignent de l’intensité de ce qu’ils ont vécu et des apports mutuels occasionnés par la méthode participative, qui pourront rejaillir sur leurs pratiques en entreprise. Sidi, par exemple, Cloud Consultant chez D2SI by Devoteam : « J’ai beaucoup appris au cours de cette expérience : la nécessité de mettre en place une solution simple et sans fioritures, gérer le stress et les requêtes de dernière minute, savoir réaliser des tâches éloignées de ses compétences professionnelles, collaborer avec des personnes d’horizons divers que l’on ne connaissait pas 48h avant, avec lesquelles on poursuit un objectif commun. » Ou encore Maria, responsable partenariats chez D2SI : « Sortir de son cadre de travail habituel pour travailler à 2300 m d’altitude a été un moment incroyable. Il était très enrichissant d’apprendre à travailler dans des équipes avec une vraie diversité, et où chacun s’est vu assigner un rôle pour porter le projet. »

Un lieu de transmission

Pour le CREA Mont-Blanc aussi, l’exercice est riche d’enseignements. La collaboration avec des profils extérieurs apporte de nouvelles réflexions, de nouvelles manières de faire qui aident à se renouveler. Le jardin sera ce lieu de transmission par l’émerveillement dans lequel la science à Chamonix sera enfin révélée au grand jour. Les projets ont germé, vivement leur concrétisation !

Decouvrez le Mont-Blanc Lab !

Son livret de prototypes
Le carnet de bord de Marie Anière
Le retour sur expérience de D2SI

Et les photos et la vidéo :

La vidéo de l’édition 2019 du Mont-Blanc Lab (c) Sébastien Lardon

Le Mont-Blanc Lab a été organisé dans le cadre du projet LAB cofinancé par la Communauté de Communes de la Vallée de Chamonix-Mont-Blanc et l’ADEME.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *